Projet – A quelle discipline appartiennent les enfants?

L’intérêt de plus en plus marqué pour un dépassement du cadre disciplinaire excède bien évidemment le domaine de l’enfance. On peut même se demander s’il ne se joue pas là une redéfinition en profondeur de l’organisation scientifique qui verrait le thème de recherche confédérer des intérêts autrefois défendus dans et par le cadre du partage disciplinaire. La nature de ces intérêts, scientifique, institutionnel, idéologique, pratique…, ainsi que la valeur heuristique de cette redéfinition des modalités de production des savoirs, demandent à être éclaircies. Dans le cas de l’enfance et des enfants, on retrouve ainsi nettement, au moins dans la production de langue anglaise, la dimension politique présente dans d’autres champs de recherche liés à la reconnaissance et à la défense des droits d’une population dont la spécificité est de la sorte affirmée. Nous pensons notamment aux disability studies, queer studies, gender studies, feminist studies et autres subaltern studies ; une différence certainement cruciale étant que, dans le cas des enfants, ils ne sont pas eux-mêmes à l’origine de cette initiative. Une demande croissante pour la recherche-action, une exigence d’applicabilité des résultats de la recherche, figurent peut-être également au nombre des raisons expliquant que le thème de recherche joue le rôle d’opérateur de pensée autrefois dévolu aux disciplines.

À quelle discipline appartiennent donc les enfants ? Qu’en ont fait les différentes disciplines qui s’y sont intéressées ? Qu’ont fait, en retour, les enfants aux disciplines qui les ont étudiés ? Pourquoi cet objet semble-t-il, de nos jours, appeler à une collaboration interdisciplinaire voire à un effacement des frontières disciplinaires ? Quels sont les bénéfices et les périls de ces redéfinitions, quand elles existent, du fonctionnement de la recherche ? Comment, finalement, les enfants circulent-ils entre, parmi et au-delà des disciplines ?

Pour répondre à ces questions, nous avons engagé une réflexion à la fois critique et historiographique, lors d’un colloque qui s’est tenu à l’EHESS les 23 et 24 mai 2013.

http://jediscenf2013.sciencesconf.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.