Archives de catégorie : 1.Terrains, méthodes, écritures

Interview avec Eliane de Latour, anthropologue et réalisatrice

Etats Généraux du Film documentaire 2015

Etats Généraux du Film documentaire 2015. Entretien avec Éliane De LatourEntretien réalisé par Damien Pelletier-Brun et Arielle Estrada (École documentaire de Lussas), avec Éliane De Latour, autour de son dernier film Little Go Girls, 2015.

ici : http://tenk.fr/2015/09/24/etats-generaux-du-documentaire-entretien-du-jour-eliane-de-latour/

Des lycéennes à l’Iris : devenir sociologue le temps d’un stage

EHESSRuth et Yamina, élèves de seconde au lycée Romain Rolland à Ivry-sur-Seine, ont passé trois jours à l’Iris (du 22 au 24 avril 2015) dans le cadre d’un stage de découverte de la recherche.

Organisé par l’association Paris-Montagne qui jette des ponts entre les chercheurs/euses et le « grand public » (enfants, lycéen·ne·s et adultes), ce stage a vocation à faire découvrir par immersion le monde de la recherche à des jeunes qui en sont plutôt éloigné·e·s par leur milieu social.

Sous la supervision d’Elsa Boulet, doctorante en sociologie, Yamina et Ruth se sont attelées à un programme chargé : découverte de ce qu’est un laboratoire de sciences sociales (sans paillasses ni blouses blanches!), des différents métiers et statuts (doctorant·e, chercheur/euse confirmé·e, secrétaire gestionnaire, enseignant·e), des terrains de recherche variés (en France ou à l’étranger, sur la santé, le travail ou le vote, par observation ou par entretiens). Elles ont pu discuter et poser des questions à plusieurs membres de l’Iris : chercheurs/euses (Marc Bessin, Eric Witterseheim, Elise Pape), secrétaire gestionnaire (Carmen Mata), doctorantes (Anne-Sophie Vozari et Maud Arnal).

Elles ont abordé la définition du « fait social » à partir du célèbre extrait des Règles de la méthode sociologique de Durkheim, se sont familiarisées avec la méthode de l’observation grâce à une planche de bande dessinée tirée du site internet Emile, on bande ?, elles ont appris ce qu’est la division sexuelle du travail, et elles ont analysé des extraits d’un rapport sur l’égalité professionnelle femmes-hommes à la SNCF[1] ainsi qu’un article de sociologie sur la pénibilité du travail dans le secteur ferroviaire[2].

Les apprenties sociologues se sont ensuite confrontées au terrain : elles ont passé plusieurs heures à la gare d’Austerlitz, carnet et stylo à la main. Leur mission : repérer les différents types de métiers, identifier la proportion de femmes et d’hommes, appréhender les rapports hiérarchiques. Elles ont aussi pu expérimenter les réactions des personnes observées à l’observation : inquiétude ou rejet, intérêt ou indifférence.

Leur séjour à l’ris s’est conclu par la préparation d’un poster présentant leur enquête de terrain, qui sera exposé lors du Congrès de l’association Paris-Montagne le 16 mai 2015.

[1]    Annabelle Chassagnieux, Nicolas Spire et Cécile Laffiteau, Etude sur l’égalité professionnelle entre les femmes et hommes SNCF PRG, Paris, Etude réalisée à la demande du Comité d’entreprise régional SNCF Paris – Rive – Gauche par Aptéis, 2010.
[2]    Sabine Fortino, « Invisibilisation de la pénibilité au travail, mixité et rapports de genre Conducteurs et agents commerciaux dans le secteur ferroviaire », La nouvelle revue du travail [en ligne], 4, 1 mai 2014, http://nrt.revues.org/1422.

Exposition : Go de nuit. Abidjan, les Belles retrouvées

Go de nuit. Abidjan, les Belles retrouvées

Photographies et installations vidéos d’Éliane de Latour

Maison des métallos, 94 rue Jean-Pierre Timbaud, Paris 11e

13 novembre – 7 décembre 2014

safi

© Eliane de Latour

Des go (jeunes filles) se vendent dans des ghettos à Abidjan aux prix les moins élevés du marché : 1,50 euros la passe. À l’origine, elles sont venues des zones militarisées du nord lors de la partition de la Côte d’Ivoire en deux (2002). Elles entrent dans la prostitution à l’âge de 10-15 ans à la recherche d’une liberté hors des contraintes familiales particulièrement dures dès qu’une fille devient pubère. Analphabètes, en majorité musulmanes, elles souffrent avant tout de l’opprobre social à laquelle elles répondent par la violence, la provocation, les lames de rasoir.

En transgressant les valeurs collectives, elles font peur, devenant par là même des parias loin de tout, même des territoires de la prostitution professionnelle.

L’image photographique a été la pierre angulaire qui a permis à Éliane de Latour de créer des liens avec elles. Alors qu’elles se pensaient la lie de l’humanité, les go se sont trouvées belles et réhabilitées dans les premiers portraits que l’anthropologue, réalisatrice et photographe a réalisés de 2009 à 2011 et que nous avions exposés en novembre 2011 sous le titre : Go de nuit. Abidjan, les Belles oubliées. Grâce à cette exposition, Éliane de Latour a récolté une aide financière qu’elle avait promise de leur apporter sous forme de projets. Trois ans et une guerre civile plus tard, Éliane de Latour retourne à Abidjan pour leur offrir abri et réinsertion sociale, ce qui l’a rapprochée encore plus de celles qu’elle a réussi à retrouver, très étonnées qu’elle eût tenu parole.

« De cette nouvelle place qu’elles me donnaient, j’ai saisi leur force intérieure et leur grâce emplie d’un furieux désir de liberté », explique Éliane de Latour. « Je les regarde là où on ne les attend pas, au plus profond du partage de nos subjectivités. Une photographie qui nous rattache par le beau plutôt qu’une photographie de la souffrance en spectacle. »

Voir le site de la Maison des métallos