Archives de catégorie : 2.Etats, circulations, mémoires

« Modes de gouvernement et pratiques économiques ordinaires : approche comparative ». Bilan du séminaire 2013-2014

Benoît de L’Estoile directeur de recherche au CNRS, IRIS

 

Compte-rendu d’enseignement 2013-2014

Ce séminaire entendait aborder les relations entre pratiques de gouvernement et pratiques économiques ordinaires dans une perspective ethnographique, comparative et historique. Il avait en particulier pour ambition de faire dialoguer des travaux de recherche s’inscrivant dans des traditions intellectuelles distinctes, et souvent cloisonnées : d’une part,  les travaux s’inspirant de l’anthropologie politique, de l’anthropologie de l’État ou encore de la sociologie des politiques publiques ; de l’autre, les travaux s’inscrivant dans les courants de l’anthropologie économique et de la sociologie économique.

La notion de « pratiques économiques ordinaires »  renvoie aux pratiques quotidiennes par lesquelles les « gens ordinaires » se procurent les ressources nécessaires pour vivre ou survivre, souvent en mobilisant des réseaux de relation personnelles. Ces pratiques d’échange, épargne, prêt, dans des univers dans lesquels l’accès aux ressources ne passe pas principalement par des emplois formels, sont  souvent abordées sous des labels comme « économie domestique », « économie informelle » ou « économie illégale », en marge des dispositifs traditionnels de la statistique. Pourtant, ces pratiques sont reliées à des pratiques de gouvernement, de gestion de populations et de territoires, et, plus spécifiquement, de régulation, créées et mises en œuvre par divers agents de gouvernement (États, ONG, organismes transnationaux, leaders, et associations « locales »).
Une prémisse cruciale du séminaire était qu’il faut s’efforcer d’analyser avec les mêmes outils des situations qui peuvent sembler au premier abord fort éloignées, pour comparer les modalités d’articulation des pratiques de gouvernement et des pratiques économiques ordinaires dans des contextes de présence plus ou moins forte de l’État ou d’autres modes de gouvernement, qui, par leurs différences mêmes, s’éclairent mutuellement. Si la majorité des enquêtes présentées portaient sur des situations de « développement », la mise en place de « projets » ayant une dimension « civilisatrice » et le gouvernement de populations souvent définies à la fois par leur pauvreté et par une « vulnérabilité » (notamment Brésil, France outre-mer, Afrique du Sud, Madagascar, Argentine, Inde, Haïti), plusieurs enquêtes prenaient pour objet les modes de gouvernement par l’économie (avec des études au Brésil du fonctionnement du conseil de la concurrence, ou la mise en place d’un projet par une entreprise nationale).
On s’est interrogé sur les façons dont les personnes s’accommodent, contournent, ignorent ou s’approprient ces cadres définis par des politiques qui visent à encadrer les pratiques. Enfin, plusieurs enquêtes portant sur les mondes du développement étaient pertinents.

  • La notion de « formes de gouvernement » a fait l’objet d’une élaboration, notamment à partir d’une relecture, appuyée sur des enquêtes ethnographique, de textes de Michel Foucault sur la « gouvernementalité ». Parler de « formes de gouvernement » permet ainsi de prendre en considération les pratiques de gouvernement non seulement sous les formes étatiques, le plus généralement privilégiées (par exemple par des analyses en termes de « politiques publiques) mais aussi non étatiques, par exemple celles d’organisations transnationales, ou d’organisations précisément dites « non gouvernementales », mais qui mettent en œuvre des formes de gouvernement. En particulier, on a souligné l’analyse des relations entre production de savoir et contrôle (du territoire, des populations, des flux), en prenant en compte non seulement les savoirs produits par l’État, mais aussi les savoirs ordinaires.
  • Une autre direction de recherche a porté sur les diverses façons dont sont qualifiées les « pratiques économiques ordinaires », les pratiques quotidiennes par lesquelles les « gens ordinaires » se procurent les ressources nécessaires pour vivre ou survivre, souvent en mobilisant des réseaux de relation personnelles. Elles se trouvent souvent désignées par des termes comme « économie informelle », « économie invisible » « économie domestique », « économie illégale », ou plus récemment, « économie populaire ». Ces différentes dénominations, qui mettent l’accent sur le fait que ces pratiques se font souvent en marge des dispositifs traditionnels d’enregistrement par l’État, ont émergé dans des situations spécifiques, qu’on s’est efforcé d’analyser. En particulier, deux tables rondes se sont tenues fin 2013, à Rio et à Paris, autour des usages de la notion d’économie populaire, autour d’un texte rédigé par Fernando Rabossi( 2013).

Au total, les diverses enquêtes présentées par des chercheurs invités ou des doctorants, fondées sur des enquêtes ethnographiques, ont été extrêmement riches. Cependant, elles ont à plusieurs reprises révélé la difficulté de dépasser les cloisonnements entre des approches privilégiant soit une perspective « économique », soit une perspective « politique ». Il nous semble cependant qu’un des éléments clé est dans la remise en cause d’un cadre « économique » a priori. De ce point de vue, on a commencé à formuler une approche s’inspirant d’une relecture de la notion d’oikonomia chez Aristote. Alors que ce terme est souvent traduit par « économie domestique », renvoyant à l’idée d’une économie originelle qui serait une « économie de la maison » (economy of the house), une traduction plus fidèle à l’original grec serait « gouvernement domestique », insistant sur la préoccupation de garantir l’économie de cette unité à la fois de vie et de décision qu’est le foyer (oikos). C’est notamment dans cette direction que l’on va reprendre le séminaire l’an prochain, notamment en développant la notion de « gouvernement de la maison ».

Il est associé au projet franco-brésilien (CAPES-Cofecub) « Modes de gouvernement et pratiques économiques ordinaires », pour lequel un site web a été mis en place. 

Ce séminaire a été régulièrement suivi par plus d’une dizaine de participants, étudiants, essentiellement de l’EHESS et de l’ENS (élèves de divers masters de l’EHESS, notamment anthropologie et ethnologie, Pratiques de l’interdisciplinarité (PDI), Territoire et Développement, ainsi que des doctorants des formations doctorales correspondantes), par les doctorants et chercheurs brésiliens, invités dans le cadre de l’accord Capes-Cofecub (Modes de gouvernement et pratiques économiques ordinaires), et  par des chercheurs français associés au projet. Il a eu 12 séances de 2h30 chacune plus une table ronde réalisée en commun avec le le Groupe de Réflexion sur le Brésil contemporain.

En lien avec le séminaire, un panel a été organisé sous le titre « Forms of government and everyday economic practices: ethnography and comparison » dans le cadre du congrès de l’Association Européenne des Anthropologues Sociaux (EASA) à Tallinn, en août 2014.

Des rencontres sont également en préparation à l’université de Princeton en mars 2015.

Publications associées au séminaire :

  • DE l’ESTOILE, Benoît. 2014,  « Money is good but a friend is better. Uncertainty, orientation to the future and “the economy” », Current Anthropology, August, vol.55, n°4.
  • HANDERSON, Joseph. 2015. “Diaspora et circulation migratoire des jeunes haïtiens entre le Brésil, le Suriname et la Guyane française”. In: MARCELIN, Louis Herns, CELA, Toni e DORVIL, Henri (Orgs). Les jeunes haïtiens dans les Amériques: Générations, Processus Transnational et Identités // Haitian Youth in the Americas: Generations, Transnational Processes and Identities. Presses de l`Université du Québec. (sous presse).
  • Eugênia Motta, Federico Neiburg, Fernando Rabossi and Lúcia Müller, Dossier “Ethnographies of economy/ics », Vibrant V.11, n.1-01-06/2014
  • MOTTA, Eugenia. 2014. “Houses and economy in the favela”. Vibrant, v. 11, n. 1, pp. 75-115.
  • ONTO, Gustavo. 2014. “The Market as Lived Experience: on Market knowledge in Antitrust analysis.”

Programme des séances 2013-2014

  • 6 novembre : Séance introductive : modes de gouvernement et et pratiques économiques ordinaires  (Benoît de L’Estoile)
  • 20 novembre : Eugênia Motta (PPGAS, Université fédérale de Rio de Janeiro) : « Maisons et économie dans la favela à Rio de Janeiro»
  • 4 décembre (de 16 h à 19 h) : Table-ronde : « Pauvreté, économie informelle, économie populaire: que disent les mots ? »

Intervenants : Benoît de L’Estoile (CNRS, IRIS), Federico Neiburg (Museu Nacional, Université fédérale de Rio de Janeiro), Laurence Fontaine (CNRS/ CMH), Jane Guyer (Johns Hopkins), Eugênia Motta (Museu Nacional, Université fédérale de Rio de Janeiro), Florence Weber (École normale supérieure).
Séance commune avec le Groupe de Réflexion sur le Brésil contemporain, coordonné par Afrânio Garcia (EHESS/MSH)

  • 8 janvier 2014 : Clémence Léobal (doctorante Paris V/ IRIS, Sciences de la Société): « Politiques d’habitat spontané et frontières de la ville à Saint-Laurent-du-Maroni ».
  • 22 janvier : « Diaspora et Mobilités Transnationales Haïtiennes ». Handerson Joseph (PPGAS, Université fédérale de Rio de Janeiro, doctorant invité dans le cadre du projet Capes-Cofecub Modes de gouvernement et pratiques économiques ordinaires) :
  • 5 février : « The market as lived experience: on the knowledge of markets in antitrust analysis ». Gustavo Onto (PPGAS/ Université fédérale de Rio de Janeiro, doctorant invité dans le cadre du projet Capes-Cofecub Modes de gouvernement et pratiques économiques ordinaires)
  • 5 mars : Camille Al Dabaghy (doctorante IRIS, EHESS) : « Stratification sociale et intégration politique à l’échelle d’une commune urbaine: l’accès à l’eau à Diégo-Suarez (Madagascar) »
  • 19 mars :  Isabelle Guérin (IRD) « Aider les pauvres à gérer l’endettement? Les programmes d’éducation financière dans les pays du Sud ».
  • 9 avril : Tristan Loloum (doctorant IUKB/ U. Lausanne/ EHESS) : « Le gouvernement du littoral touristique dans le Nordeste brésilien »
  • 30 avril : Magdalena Isaurralde (doctorante EHESS) : « En attendant le gaz ». ONG   et médiation des politiques territoriales dans un quartier populaire de Buenos Aires.
  • 14 mai : Patricia Lânes (Université fédérale fluminense, Rio de Janeiro, doctorant invité dans le cadre du projet Capes-Cofecub Modes de gouvernement et pratiques économiques ordinaires,) : La « jeunesse », catégorie de gouvernement et catégorie de mobilisation dans les favelas de Rio de Janeir
  • 28 mai : Marcos Otavio Bezerra (UFF, Université fédérale fluminense, Rio de Janeiro, , chercheur invité à l’IRIS) :  Un nouveau mode de gouvernement? Grands projets industriels, appartenance locale et gestion de l’accès à l’emploi dans l’État de Rio de Janeiro.
  • 11 juin : Deborah James (London School of Economics) : « ‘Deeper into a hole’. Borrowing and lending in South Africa », chercheur invité par l’IRIS